Charlotte Guy

Éditions, web et communication

Reportages Culturels…

 

Participation au projet de « Reportages Culturels » , qui se destine à offrir un panorama des actions culturelles menées en Languedoc-Roussillon par le biais d’articles rédigés par les étudiants du Master Professionnel Métiers du Livre et de l’Édition (http://master-livre-edition.univ-montp3.fr/index.php/realisations).

– Rencontre avec Marie Darrieussecq 

Ce mardi 12 novembre Marie Darrieussecq a reçu le prix Médicis pour son roman Il faut beaucoup aimer les hommes. Le jury reconnaît ainsi l’accomplissement d’une œuvre et la qualité d’un style. Un style qui défriche le langage, lieu où s’est figé le mater/pater, qui nous enferme dans des certitudes. Ce livre porte une voix, toujours la même depuis Truismes, avec les mêmes fantômes, et pourtant affranchit, où le rêve est assumé, interrogé, vécu.

Lire l’article

 

– Visite de Michel Butor aux éditions m e r i d i a n e s

La galerie AL/MA abrite l’espace des éditions m é r i d i a n e s. Il est possible de découvrir sur la mezzanine une sélection de livres d’artistes consacrée actuellement, et ce jusqu’au 27 octobre, à Michel Butor. En effet l’auteur participe régulièrement à ce type d’ouvrages. Il y traite notamment de la question de la représentation du monde, et de ce moment appelé « accident qui caractérise finalement la création artistique.

L’analogie entre l’écriture et la peinture est souvent convoquée depuis l’Antiquité. Le livre d’artiste est quant à lui le lieu d’une rencontre, parfois amenée par un « médiateur » que représente l’éditeur, explique Pierre Manuel, co-fondateur des éditions m é r i d i a n e s.
Dans les livres d’artistes on distingue des exemplaires courants, les exemplaires de tête. L’artiste y intervient de manière unique. Des différences sont ainsi introduites, rappelant les manuscrits enluminés avant le XVesiècle. La mise en image de l’écrit conditionne et réactualise la lecture. Le visuel est alors une valeur ajoutée à la relation que peut entretenir le lecteur avec l’objet-livre, il est une glose extérieure qui l’accompagne.
Alors que le support livresque amorce un tournant dans le numérique, ces objets d’art prennent une place à part dans le monde littéraire, tout en restant financièrement abordable par le plus grand nombre.

Lire la suite

 

– Le Banquet des Mots

Derrière ce nom on retrouve une référence au Festin nu de l’américain William Burroughs. Un peu loin de l’imaginaire décadent du contenu de l’œuvre, mais un même désir : mordre dans les livres, comme saisir la vie à pleine mâchoire. C’est un appétit immodéré et ardent des mots, des œuvres, qui est à l’origine de ces échanges d’expériences et de pratiques de lectures.

Lire la suite

 

Rencontre avec Eugène Ébodé

Lire l’interview de l’auteur pour la sortie de son livre La Rose dans le bus jaune

 

Information

Cette entrée a été publiée le 23/12/2012 par dans Articles.